• BIENVENUE SUR LE PORTAIL D'ECHANGE D'INFORMATIONS CHIMIQUES-AFRIQUE FRANCOPHONE

The components are:


Component 1, Legislative and regulatory framework development;
Component 2, Sustainable enforcement and administrative capacity;
Component 3, Coordinated information dissemination and awareness raising system;
Component 4, Project management.


The execution of these components was supported by Basel Convention Regional Centre, Dakar staff, Green Cross International, local staff and external specialists.

Component 1: Legislative and regulatory framework development. This component was realazed by recruiting a legal consultant to conduct a literature review of available model legislation related to chemicals, as well as regional agreements on regulatory harmonization, to develop a model comprehensive chemicals regulatory framework for use of the three sub regions included in the programme. The legal consultant was recruited in the first few months of the project by the programme coordination body.

2. Component 2: Sustainable enforcement and administrative capacity. This component achieved by initiating the recruitment of suitable trainers within the first few months of activities. Most outputs and activities in component 2 were geared towards the development of training documents and train-the-trainer activities in order to build sustainable enforcement and administrative capacity in participating countries. While training of key staff is an important element of building capacity, the ability of national level staff to train provincial level and inter-departmental colleagues is essential to the ongoing sustainability of national capacity.

Component 3: Includes a coordinated information dissemination and awareness raising system. It is intended that the platform used for this would been a revitalized version of the Chemical Information Exchange Network (CIEN). The CIEN would been transformed into a knowledge management system, for the entire programme. The CIEN would been  contain all project documents, training documents, and project outputs. This Component was also include community training, focused on POPs-vulnerable communities, as well as high level work at the Ministerial level, with the ECOWAS Secretariat.

Component 4: Project Management. The project managers organized the implementation, reporting and monitoring of process and conservation results in coordination with numerous stakeholders.

The least developed countries (LDCs) and small island developing States (SIDS) in the Economic Community of West African States (ECOWAS) sub region (Benin, Burkina Faso, Cape Verde, Gambia, Guinea, Guinea Bissau, Liberia, Mali, Niger, Senegal, Sierra Leone, Togo)1, and Chad, Mauritania, Sao Tome and Principe and the Central African Republic are among the poorest in the world. Poverty levels in the sub region range from 20% of the population living on less that USD1 per day in the Central African Republic, to 84% in Liberia (African Development Bank,2010).

Clear links have been established between poverty and increased risks of exposure to hazardous chemicals and waste, as it is predominantly the poor who routinely face unacceptably high risks because of their occupation, living situation and lack of knowledge about the detrimental impacts of exposure to these chemicals and wastes. Low income neighbourhoods are often located around industrial areas and waste dumps; this makes the poor the first to suffer from accidents or the adverse environmental impacts of factories‟ operations (or environmental „externalities‟) (UNEP, 2010).

Despite the direct relationship between the sound management of chemicals and the protection of human health and the environment, and the prevention of poverty, these links are often overlooked in development planning and prioritizing.

Despite completing their National Implementation Plans (NIPs), the countries in the ECOWAS sub region, together with Chad, Mauritania, Sao Tome and Principe and the Central African Republic lack the financial capacity to match the GEF potential funds and the administrative capacity to design activities and attract co-finance to sustain their global role in the elimination and reduction of POPs. Therefore a regional programmatic approach is needed to maintain the momentum of the national coordination structure mechanism built during and by the NIP development process, to support a collective action, build national capacity, and enhance mainstreaming of chemicals issues into the work of national governments.

Based on extensive regional and sub regional consultations and review of countries NIPs, UNEP and UNIDO have identified six areas in which these countries require assistance. These are: legislative and regulatory reform; enforcement and administrative capacity; information exchange and dissemination; identification of contaminated land; reduction of exposure to POPs and uPOPs emitting sources at workplace and open waste burning; and introduction of BAT/BEP in industrial production processes. UNEP and UNIDO have developed an Africa-wide programme that will address these areas of concern. The programme: “Capacity Strengthening and Technical Assistance for the Implementation of Stockholm Convention National Implementation Plans (NIPs) in African Least Developed Countries (LCDs)” w was implemented on a sub regional basis with projects developed for the COMESA, SADC and ECOWAS sub regions respectively. In each sub region UNEP and UNIDO will have separate but complimentary projects based on thematic areas of comparative advantage. UNEP is proposing to implement the components on legislative and regulatory reform, enforcement and administrative capacity, and information exchange and dissemination. UNEP is the lead agency and will also implement the monitoring and evaluation plan. UNIDO will implement the: identification of contaminated land; reduction of exposure to POPs and uPOPs emitting sources at workplace and open waste burning; and introduction of BAT/BEP in industrial production processes components.

 In close cooperation with UNIDO, UNEP were implement the programme activities from 2010 to 2015. The activities are designed to increase the capacity of key government agencies, provincial level government staff, agricultural workers, academia, research institutes, the private sector, as well as participating stakeholders in civil society, and specifically at the community level.

Furthermore activities were  also be undertaken to raise awareness of the judiciaries in order to increase understanding of the importance of environmental law and the chemicals and wastes conventions This project proposal covers the proposed UNEP activities for the ECOWAS sub region under the broad programme themes of legislative and regulatory reform, enforcement and administrative capacity, and information exchange and dissemination. All the project activities were identified through extensive consultation with countries from the sub region, the ECOWAS secretariat, regional bodies, civil society organisations and the private sector. All lessons and resources developed as part of the project was be shared and made available on a web-based knowledge management platform. Such a platform will provide the opportunity for increased south-south cooperation.      

  1. Atelier national des Douaniers, Magistrats et auxiliaires de justice sur le renforcement des capacités et l’assistance technique pour la mise en œuvre de la convention de Stockholm, Bénin, BOHICON, 15 et 16 juin 2017.
  2. Rapport de l’atelier de formation des Magistrats et Douaniers sur les polluants organiques persistants(POP) et autres produits chimiques et déchets dangereux. Koudougou, les 12 et 13 Février 2018.
  3. Report National Training of Judiciary, Customs and Finance Managers on the Stockholm Convention, (Gambia); 5th January 2018.
  4. Rapport de l’atelier national de formation des magistrats et des Douaniers sur les enjeux, le contenu et les objectifs des Conventions de Bâle, Rotterdam, Stockholm et Bamako.
  5. Atelier de formation des Douaniers et des Magistrats sur la composante judiciaire du projet sur la gestion écologiquement rationnelle des polluants organiques persistants(POPs), Bamako, du28 au 29 septembre 2016.
  6. Atelier National sur les renforcements des capacités des magistrats, agents des douanes et auxiliaires de la justice pour la mise en œuvre des conventions internationales sur les polluants organiques persistants et autres produits chimiques dangereux, Niamey, le 12 et 13 juin 2017.
  7. A report on national training workshop for Finance, Manager and Law enforcement officers Basel on Basel Rotterdam and Stockholm Conventions .Sierra Leone(December 2017).
  8. Atelier National de formation des Douaniers, Gendarmes et autres acteurs de contrôle sur la convention de Stockholm sur les POPs et autres textes pertinents, y afférent, Hôtel Fleurs de LYS, Dakar, 7-8 février 2018.
  9. Rapport général sur l’atelier National des Magistrats sur les principales conventions internationales sur la gestion des produits chimiques et déchets dangereux, en particulier, la convention de Stockholm (Dakar, les 18 et 19 décembre).
  10. Formation des Magistrats, Douaniers et auxiliaires de justice sur la gestion écologiquement rationnelle des produits chimiques, N’Djaména, les 24 et 25 AOUT 2017.

Projet de renforcement des capacités et assistance technique pour l’exécution des plans nationaux de mise en œuvre (PIN) de la Convention de Stockholm dans les pays africains les moins avancés (LCD) des sous-régions du COMESA, de la SADC et de la CEDEAO.

Contexte

Comme indiqué dans les documents relatifs aux projets, les Pays les Moins Avancés (PMA) et les Petits États Insulaires en Développement (PEID) des trois sous-régions sont parmi les plus pauvres du monde. Une grande partie de la population vit au-dessous de USD1 par jour. Il est généralement admis que des liens clairs ont été établis entre la pauvreté et un risque accru d'exposition aux produits chimiques et aux déchets dangereux, les quartiers à faible revenu exposant les pauvres aux effets néfastes des externalités environnementales.

Il est également reconnu que, bien que les pays de la région aient achevé leurs plans nationaux de mise en œuvre de la Convention de Stockholm, leur capacité en termes de ressources financières et humaines n'est tout simplement pas en place pour maintenir l'élan et continuer à s'engager activement dans l'élimination des POPs. En d'autres termes, sans un soutien extérieur, il est hautement improbable que les structures et les mécanismes résultant du processus de développement du PIN continuent de soutenir les actions visant à renforcer les capacités pour faciliter l'intégration des questions chimiques et en particulier la gestion rationnelle des produits chimiques.

Priorités gouvernementales et / ou régionales

Une analyse des obstacles réalisée pendant la phase de préparation du projet aurait inclus une «consultation intensive» avec les représentants des pays, les centres de coordination régionaux de la Convention de Bâle, les universitaires et les représentants d'organisations non gouvernementales. Cela a facilité un examen des progrès réalisés dans la mise en œuvre des PNM et a identifié les activités d'assistance prioritaires dans les domaines de la législation et des cadres réglementaires, des capacités d'administration, de mise en application et du partage et de la diffusion des informations.

En 2010, ces consultations ont montré que l'absence de cadres législatifs et réglementaires adéquats dans la sous-région était due à la faible capacité institutionnelle de planification, d'orientation et d'application de la Convention par la politique nationale; manque de financement; et insuffisance des ressources humaines et de l'expertise.

En ce qui concerne les raisons de l'insuffisance apparente de la mise en application et de la capacité administrative, les éléments suivants ont été identifiés: insuffisance de l'expertise dans la surveillance des POPs et dans les techniques d'échantillonnage; manque de coordination interministérielle; une expérience de gestion locale insuffisante pour les pesticides périmés, les déchets chimiques, les dioxines et les furannes et les sites contaminés; le manque d'équipement de laboratoire et la capacité analytique associée à l'analyse des POPs; et le manque de compréhension des POP dans le système judiciaire et d'autres organismes d'application de la loi.

Enfin, l'absence actuelle de diffusion et de partage d'expériences sur les POP a été évaluée comme étant due à la déficience d'une base de données interactive et structurée sur les POPs; et au manque de ressources pour former les enseignants, les élèves et les représentants d'ONG aux dangers des POPs.

En outre, bien que la Conférence des Parties à la Convention de Stockholm et le Fonds pour l'environnement mondial considèrent le développement du PIN comme une activité " habilitante ", les faits montrent que cette activité se limite essentiellement au développement d'un PIN (considéré comme une activité distincte).

Lors de l'examen des PIN, le processus de consultation et l'évaluation des besoins ont montré que les pays des sous-régions étaient généralement incapables de passer du développement du PNM à la mise en œuvre du PNM. Cette situation a également été mise en évidence par le manque de propositions de projets reçues par le FEM au cours de cette période, pour traiter POPs, provenant de la plupart de ces pays.

Afin de soutenir l'intégration des travaux de la Convention dans les activités des gouvernements nationaux et de prendre en compte les obstacles communs cités (notamment le manque d'argent pour financer les activités, les capacités techniques et humaines, ainsi que la gestion des produits chimiques) ce projet a été proposé pour renforcer les capacités dans l'élaboration de cadres législatifs et réglementaires et pour renforcer la capacité d'exécution et l’aptitude administrative. Le projet développerait également une plateforme pour le partage d'informations sous-régional afin d'assurer la diffusion adéquate des indications sur les POPs, leur gestion et les meilleures pratiques dans le domaine des produits chimiques.

Pays

 Bénin, Burkina Faso, Cap-Vert, Gambie, Guinée Bissau, Guinée-Conakry, Libéria, Mali, Mauritanie, République centrafricaine, Sao Tomé-et-Principe, Sénégal, Sierra Leone, Tchad et Togo.

Parties prenantes

 L'identification et l'analyse des parties prenantes dans les documents du projet ont principalement porté sur les parties prenantes institutionnelles qui sont les principaux bénéficiaires et acteurs du projet. Les parties prenantes nationales comprennent:

  • Le personnel du point focal national,
  • Le comité de mise en œuvre du PNI,
  • Les ministères (à différents niveaux),
  • Les organisations nationales de la société civile,
  • Le secteur privé, les médias, l'éducation,
  • Les utilisateurs de produits chimiques dangereux et le public.

Le genre et les groupes marginalisés ne sont pas un objectif spécifique du projet, bien que le risque d'exposition aux POP soit élevé dans les communautés vulnérables, notamment pour les agriculteurs et autres manipulateurs de pesticides, les risques pour la santé des enfants, des femmes et des enfants à naître étant plus élevés.

 

Compte tenu de l'approche de précaution énoncée dans le principe 15 de la Déclaration de Rio sur l'environnement et le développement, l’objectif de la présente Convention est de protéger la santé humaine et l’environnement des polluants organiques persistants.

 

  L’objectif du projet est de renforcer la capacité des pays les moins avancés (PMA) et des petits États insulaires en développement dans les sous-régions en contribuant à l’exécution de leurs plans nationaux de mise en œuvre(PNM) de manière durable, efficace et complète. Celles-ci visaient à renforcer les capacités des pays en matière de gestion rationnelle des produits chimiques et à maintenir l'élan des mécanismes nationaux de coordination mis en place au cours du processus d'élaboration des PNM.

Bien que ce projet vise en fin de compte à améliorer les mécanismes législatifs et réglementaires dans les pays participants et à assurer une application plus efficace, ils constituaient essentiellement des projets de renforcement des capacités. Les capacités seraient forgées au sein des gouvernements nationaux et des gouvernements provinciaux ainsi que des ONG et des groupes de la société civile impliqués dans la gestion des produits chimiques, ou affectés par l'utilisation de produits chimiques.

Composante 1:

Élaboration d'un modèle de cadre législatif et réglementaire complet en matière de produits : les pays rédigeraient une nouvelle législation sur les produits chimiques.

Composante 2:

Renforcement de la capacité de mise en œuvre administrative dans les pays participants. Cela  vise à conforter les connaissances et les compétences du personnel national en  charge de l'environnement et des autres ministères impliqués dans le projet.

Le projet vise à sensibiliser les autorités judiciaires du pays afin d'améliorer leur capacité à juger les cas de violation de la Convention de Stockholm et la législation nationale sur les produits chimiques.

Composante 3:

Système coordonné de sensibilisation et de diffusion de l’information.

Fondé sur une version revitalisée du réseau d’information sur le commerce des produits chimiques (CIEN), ce système se transforme en un cadre de gestion des connaissances. La composante entreprend également la sensibilisation des communautés vulnérables aux POPs et au plus haut niveau, au sein des ministères et au niveau des communautés économiques régionales. Le projet de la CEDEAO a également inclus une sensibilisation accrue dans le secteur de l’éducation.

Composante 4:

Suivi et évaluation du projet

Eléments introductifs

  • Champ d’application Les instruments légaux de gestion des produits chimiques au plan international sont assez diversifiés: Bâle, Stockholm, Rotterdam, Bamako, etc;
  • Enjeux nationaux et internationaux Les enjeux se situent au niveau de la production et du contrôle de la pollution engendrée par  ces produits au plan national et international. Ils se situent aussi dans la formation des juges. 

 

Document complet en PDF

Projet de renforcement des capacités et assistance technique pour l’exécution des plans nationaux de mise en œuvre (PIN) de la Convention de Stockholm dans les pays africains les moins avancés (LCD) des sous-régions du COMESA, de la SADC et de la CEDEAO.

Contexte

 Comme indiqué dans les documents relatifs aux projets, les Pays les Moins Avancés (PMA) et les Petits États Insulaires en Développement (PEID) des trois sous-régions sont parmi les plus pauvres du monde. Une grande partie de la population vit au-dessous de USD1 par jour. Il est généralement admis que des liens clairs ont été établis entre la pauvreté et un risque accru d'exposition aux produits chimiques et aux déchets dangereux, les quartiers à faible revenu exposant les pauvres aux effets néfastes des externalités environnementales.

Il est également reconnu que, bien que les pays de la région aient achevé leurs plans nationaux de mise en œuvre de la Convention de Stockholm, leur capacité en termes de ressources financières et humaines n'est tout simplement pas en place pour maintenir l'élan et continuer à s'engager activement dans l'élimination des POPs. En d'autres termes, sans un soutien extérieur, il est hautement improbable que les structures et les mécanismes résultant du processus de développement du PIN continuent de soutenir les actions visant à renforcer les capacités pour faciliter l'intégration des questions chimiques et en particulier la gestion rationnelle des produits chimiques.

Priorités gouvernementales et / ou régionales

Une analyse des obstacles réalisée pendant la phase de préparation du projet aurait inclus une «consultation intensive» avec les représentants des pays, les centres de coordination régionaux de la Convention de Bâle, les universitaires et les représentants d'organisations non gouvernementales. Cela a facilité un examen des progrès réalisés dans la mise en œuvre des PNM et a identifié les activités d'assistance prioritaires dans les domaines de la législation et des cadres réglementaires, des capacités d'administration, de mise en application et du partage et de la diffusion des informations.

En 2010, ces consultations ont montré que l'absence de cadres législatifs et réglementaires adéquats dans la sous-région était due à la faible capacité institutionnelle de planification, d'orientation et d'application de la Convention par la politique nationale; manque de financement; et insuffisance des ressources humaines et de l'expertise.

En ce qui concerne les raisons de l'insuffisance apparente de la mise en application et de la capacité administrative, les éléments suivants ont été identifiés: insuffisance de l'expertise dans la surveillance des POPs et dans les techniques d'échantillonnage; manque de coordination interministérielle; une expérience de gestion locale insuffisante pour les pesticides périmés, les déchets chimiques, les dioxines et les furannes et les sites contaminés; le manque d'équipement de laboratoire et la capacité analytique associée à l'analyse des POPs; et le manque de compréhension des POP dans le système judiciaire et d'autres organismes d'application de la loi.

Enfin, l'absence actuelle de diffusion et de partage d'expériences sur les POP a été évaluée comme étant due à la déficience d'une base de données interactive et structurée sur les POPs; et au manque de ressources pour former les enseignants, les élèves et les représentants d'ONG aux dangers des POPs.

En outre, bien que la Conférence des Parties à la Convention de Stockholm et le Fonds pour l'environnement mondial considèrent le développement du PIN comme une activité " habilitante ", les faits montrent que cette activité se limite essentiellement au développement d'un PIN (considéré comme une activité distincte).

  Lors de l'examen des PIN, le processus de consultation et l'évaluation des besoins ont montré que les pays des sous-régions étaient généralement incapables de passer du développement du PNM à la mise en œuvre du PNM. Cette situation a également été mise en évidence par le manque de propositions de projets reçues par le FEM au cours de cette période, pour traiter POPs, provenant de la plupart de ces pays.

Afin de soutenir l'intégration des travaux de la Convention dans les activités des gouvernements nationaux et de prendre en compte les obstacles communs cités (notamment le manque d'argent pour financer les activités, les capacités techniques et humaines, ainsi que la gestion des produits chimiques) ce projet a été proposé pour renforcer les capacités dans l'élaboration de cadres législatifs et réglementaires et pour renforcer la capacité d'exécution et l’aptitude administrative. Le projet développerait également une plateforme pour le partage d'informations sous-régional afin d'assurer la diffusion adéquate des indications sur les POPs, leur gestion et les meilleures pratiques dans le domaine des produits chimiques.

  L’objectif du projet est de renforcer la capacité des pays les moins avancés (PMA) et des petits États insulaires en développement dans les sous-régions en contribuant à la mise en œuvre de leurs plans nationaux de mise en œuvre(PNM) de manière durable, efficace et complète. Celles-ci visaient à renforcer les capacités des pays en matière de gestion rationnelle des produits chimiques et à maintenir l'élan des mécanismes nationaux de coordination mis en place au cours du processus d'élaboration des PNM.

Bien que ce projet vise en fin de compte à améliorer les mécanismes législatifs et réglementaires dans les pays participants et à assurer une application plus efficace, ils constituaient essentiellement des projets de renforcement des capacités. Les capacités seraient forgées au sein des gouvernements nationaux et des gouvernements provinciaux ainsi que des ONG et des groupes de la société civile impliqués dans la gestion des produits chimiques, ou affectés par l'utilisation de produits chimiques.

 

 

Reviews on JED

JSN UniForm has been approved on Joomla Extension Directory. Let's see how Joomla community enjoy it. If you use JSN UniForm, please post a rating and a review at the Joomla! Extensions Directory

Aller au haut