• BIENVENUE SUR LE PORTAIL D'ECHANGE D'INFORMATIONS CHIMIQUES-AFRIQUE FRANCOPHONE

Caractéristiques et structures des PCB

Les polychlorobiphényles, plus connus sous l’abréviation PCB, sont une famille de composés chimiques organiques.     

Ils sont aussi connus sous leur dénomination commerciale de Pyralène, Arochlor ou Askarel.

Ce sont, plus précisément, des molécules de biphényle, c’est-à-dire deux noyaux benzéniques liés entre eux, dans lesquelles 1 à 10 atomes de chlore remplacent les atomes d'hydrogène. Il existe ainsi 209 combinaisons possibles, selon la répartition des atomes de chlore sur la molécule de biphényle.

Selon leur teneur en chlore, les polychlorobiphényles se présentent comme des liquides plus ou moins visqueux ou résineux, insolubles dans l'eau, incolores ou jaunâtres, à forte odeur aromatique.

Historique et usages des PCB

 Les PCB ont été fabriqués industriellement à partir de 1930 et ont été massivement utilisés jusqu’aux années 80. Leur production a été arrêtée, depuis 1983, dans la plupart des pays. Il est estimé qu’environ 1,5 à 2 millions de tonnes de PCB ont été produites dans le monde entier.

Les PCB ont été utilisés dans le cadre d’une multitude d’applications dont beaucoup  sont encore exploitées aujourd’hui. On les trouve comme fluide diélectrique dans les transformateurs électriques et les condensateurs, comme lubrifiants dans les turbines et les pompes ou comme composants d’huiles, d’adhésifs, de peintures et de papiers autocopiants.

En effet, les polychlorobiphényles se caractérisent par une bonne stabilité chimique, une relative ininflammabilité (jusqu’à 1000 °C) et possèdent d’excellentes propriétés diélectriques (ils ne conduisent pas le courant électrique).

Impacts des PCB sur la santé et l’environnement

En raison de la présence des atomes de chlore dans leur structure, les PCB sont très peu biodégradables.  Ils persistent, après rejet, dans l’environnement et peuvent être transportés sur de grandes distances.

A cause de leur propriété oléophile (soluble dans les graisses), les PCB s’accumulent dans les tissus graisseux tout au long de la chaîne alimentaire, de telle sorte que les maillons qui se trouvent aux extrémités des chaînes alimentaires, comme les carnivores, les poissons prédateurs ou l'homme sont objet à une forte bioaccumulation.

Les PCB sont bien résorbés par les voies digestives, mais aussi par la peau et les poumons.  Ils se répartissent rapidement dans le corps et s'enrichissent dans les tissus adipeux. L'absorption de grandes quantités, conduit à des maladies aiguës de la peau (acné chlorée, pigmentations de la peau et ongles, perte de cheveux…), cause des dommages au foie, à la rate et aux reins et affaiblit le système immunitaire. De plus, les PCB sont soupçonnés être cancérigènes pour l'homme.

En présence d’oxygène, la combustion des PCB produit des composés très toxiques appartenant à la famille des dioxines et furannes.

 

Aller au haut