• BIENVENUE SUR LE PORTAIL D'ECHANGE D'INFORMATIONS CHIMIQUES-AFRIQUE FRANCOPHONE

Les PCB constituent une menace globale de santé publique du fait de leur dispersion au sein des écosystèmes et de leur bioaccumulation dans la chaîne alimentaire.

L’application des engagements pris par les pays signataires de la convention de Stockholm doit permettre d’assurer la traçabilité de matériaux contaminés et des huiles BCP selon une approche de gestion du risque, afin de protéger la santé des populations susceptibles d’être en contact avec les PCB, en tant qu’utilisateur final des huiles et matériaux recyclés ou dans leurs pratiques de vie quotidienne.

Il est estimé que les compagnies d’électricité détiennent 80% des stocks existants de PCB dans leurs équipements (transformateurs principalement) en Afrique de l’Ouest.

Le projet propose de mettre en œuvre, à titre démonstratif, une Gestion Ecologiquement Rationnelle(GER) de PCB détenus par les compagnies d’électricité des 14 pays africains rattachés au Centre régional de la Convention de Bâle pour les pays d’Afrique francophone (crcbs-af). Le projet vise également à implanter un centre régional de traitement des PCB et permettre ainsi, par la mutualisation, l’élimination finale des PCB d’ici 2028.

La première phase est constituée d’activités préparatoires visant notamment à mettre en place le cadre réglementaire, administratif et technique de la gestion des PCB.

La seconde phase, d’une durée de 2ans, regroupe des activités opérationnelles de mise en œuvre de la GER des PCB: conception et création du centre régional de collecte, transport, décontamination et élimination.

Les résultats attendus du projet sont les suivants :

- Bâtir un cadre réglementaire pour la gestion des PCB au sein de chaque pays participant; ces dispositifs devant être harmonisés à l’échelle régionale afin de permettre les transports transfrontaliers des équipements à décontaminer qui constituent des déchets dangereux, leur regroupement et leur acheminement vers le centre régional ;

-Sensibiliser et renforcer les capacités des acteurs concernés (gouvernements, compagnies d’électricité, filières de recyclage, société civile), pour une gestion des PCB dans une démarche d’analyse de risque sanitaire ;

- Consolider les inventaires des équipements électriques contenant des PCB, pour dimensionner les besoins logistiques et les capacités de traitement du centre régional ;

- Rechercher des mécanismes financiers permettant de pérenniser la gestion écologiquement rationnelle des PCB, au-delà du terme du présent projet de démonstration régionale. La seconde phase du projet a été dimensionnée et finalisée en fonction des résultats d’inventaire de la première phase (nombre de transformateurs pouvant être mis au rebut dans les délais d’exécution du projet). Cette seconde phase, d’une durée de 3ans, consiste à mettre en œuvre, de manière démonstrative, une gestion écologiquement rationnelle des PCB selon les trois aspects :  

- Collecte et acheminement des déchets contenant des PCB au centre régional,

- Traitement au niveau national des matériaux et huiles minérales pollués aux PCB,

(Décontamination au sein d’un centre de traitement réalisé et exploité par un partenaire privé dans le cadre du projet, essais de Co-incinération des huiles contaminés aux PCB dans une cimenterie) ;

-Exportation des huiles PCB et des matériaux fortement contaminés pour l’élimination finale suivant les procédés appropriés. Dans une optique d’exemplarité et de réplication de ce projet démonstratif, plusieurs activités transversales ont été également menées :

- Elaboration et mise en œuvre d’un plan de communication ;

-Suivi et contrôle des activités du projet par des experts indépendants, évaluation par un consultant indépendant ;

- Capitalisation et valorisation de la démarche.

La démarche méthodologique adoptée pour chaque composante d’action est organisée selon le même triptyque :

- Une action pilote sur un pays référant de la zone du projet qui a une expérience sur la composante abordée ;

- Un atelier régional de restitution et de diffusion auprès des pays partenaires ;

- Un déploiement de l’action aux autres pays avec l’appui technique et un renforcement de capacités des acteurs.

Compte tenu du caractère scientifique et technique des procédés mis en œuvre et des enjeux environnementaux et de santé publique, une mission de surveillance et de contrôle a été confiée à un organisme indépendant de contrôle qui a veillé au respect, a minima, des réglementations environnementales européennes dans toutes les étapes du projet et de ses activités connexes (filières transport, manutention, recyclage).

Les résultats attendus du projet ont  permis de valider la pérennité du centre régional et de son modèle économique, et de traiter la décontamination d’environ 3600 transformateurs.

Le budget du projet s’élève à 14 526 000 USD : le GEF s’est engagé à hauteur de 4 889 479 USD et  la BAD pour 2 MUSD ;  le   FEM  a octroyé un financement additionnel  de 800 000 euros (estimé à un million USD). Les autres financements émanent des gouvernements et des contributions en ressources des compagnies d’électricité de chacun des pays participants.

Le crcbs-af assure le pilotage du projet en s’appuyant sur le système d’échanges d’énergie électrique Ouest Africain (ou West African Power Pool-WAPP-organisation) regroupant les compagnies d’électricité d’Afrique de l’Ouest et visant à fiabiliser l’approvisionnement énergétique de la région pour ce qui concerne la coordination des activités impliquant les compagnies d’électricités.

Pays membres du projet PCB

Formule des polychlorobiphényles

Transformateurs usagés

 

Aller au haut